Commerce, consulates and confessions: a transnational history of the Protestant merchants of the 'nation suisse' in eighteenth-century Marseille

Résumé en français

Aussi curieux que cela puisse paraître, la plus importante colonie étrangère que le port de Marseille compte au XVIIIe siècle est helvétique. Des hommes d’affaires protestants, issus du Corps helvétique et bénéficiaires des privilèges garantis par les traités d’alliance avec la France, occupent le sommet de sa hiérarchie sociale et forment la « nation suisse ». Les stratégies personnelles et collectives de cette élite marchande contribuent à la construction de leurs identités individuelles, à la constitution du groupe et à sa cohésion. Dans un environnement urbain cosmopolite, ces négociants cultivent également leur altérité confessionnelle. Leurs réseaux commerciaux et consulaires transnationaux servent enfin de relais aux Etats de l’Europe centrale et septentrionale dont ils protègent les intérêts sur les marchés maritimes méditerranéens.

La configuration et les ressources particulières de cette constellation suisse entrent en résonance avec les débats autour de l’histoire nationale et engagent une réflexion sur la dimension historique des enjeux de la mondialisation contemporaine. À la charnière entre l’Europe, l’Afrique et l’Orient, la Méditerranée revêt une importance stratégique pour cette « Suisse méridionale » dont l’influence et les activités débordent ses espaces d’origine et d’accueil.

Ce projet de doctorat explore un phénomène d’émigration original des acteurs affiliés au Corps helvétique à Marseille durant l’époque moderne. À partir de leur dynamique migratoire, cette étude de cas interroge des liens de globalisation économique entre la Suisse, la France, le Danemark, l’Empire, les Provinces-Unies et même la Suède. Dans sa relation au négoce, à la diplomatie et à la religion, elle s’appuie sur des sources inédites, depuis les registres du cimetière des Suisses jusqu’aux écrits personnels. Les horizons transnationaux de cette recherche poursuivent l’objectif de rompre avec le cadre méthodologique traditionnel afin de relier les espaces européens et méditerranéens à l’échelle globale.